Gaming FM - Jeux vidéo, Console, PC, High Tech
Mardi 24 novembre 2020
Luna : Amazon présente son offre de Cloud Gaming

Luna : Amazon présente son offre de Cloud Gaming

Le géant du e-commerce et du numérique Amazon a fait récemment la présentation de la plateforme de jeux vidéo baptisée Luna. Grâce à celle-ci, un large catalogue de jeux sera directement accessible en streaming depuis les smartphones, tablettes, ordinateurs et télévisions connectées.

Amazon veut s’imposer dans le Gaming

Cela fait maintenant plusieurs années qu’Amazon semble bien décidé à tout faire pour devenir un acteur majeur dans le monde du jeu vidéo. D’abord en 2012, avec la création de la filiale Amazon Game Studio dans le but de développer des jeux, puis en 2014 avec le rachat de Twitch pour près d’un milliard de dollars.

La firme semble vouloir se placer sur tous les fronts, et prendre en charge à la fois la vente de matériel et de consoles, la production de jeu et la diffusion de vidéos de divertissement. Luna vient encore élargir l’offre d’Amazon en proposant du jeu en streaming. Avec l’accès de plus en plus fréquent au très haut débit, le Cloud Gaming devient une alternative de plus en plus intéressante pour le grand public, qui peut ainsi accéder à la demande à un large choix de titres, sans avoir à débourser une forte somme pour acheter du matériel spécifiquement dédié aux jeux vidéo.

Un abonnement à Netflix

Le fiasco de Google avec Stadia, et la position de force qu’occupe actuellement Microsoft dans ce secteur ne semblent pas inquiéter Amazon. Pour l’heure, l’offre n’est disponible qu’à un petit groupe d’utilisateurs sur invitation et uniquement sur le territoire des États-Unis, mais Luna devrait très rapidement arriver en Europe. Le tarif est pour le moment fixé à 5,99 $ par mois.
Un abonnement « Luna + », au tarif plus élevé, fera également son apparition. Il permettra d’accéder à tout le catalogue de jeux, à 60 images par seconde et en très haute définition. Des formules d’abonnements qui rappellent des offres comme celles de Netflix et de Microsoft, l’interface de Luna n’est d’ailleurs pas sans rappeler les services de vidéos en streaming.

Au lancement, 100 jeux seront disponibles sur Luna+, dont certains grands titres comme Control ou Resident Evil 7.
Amazon compte bien profiter de son statut de géant d’Internet pour parvenir à convaincre de grands studios de travailler en partenariat avec eux. C’est déjà le cas avec Ubisoft, qui devrait proposer ses titres, même récents, sur la plateforme Luna, sous réserve de souscrire à une option supplémentaire dont le prix n’a pas encore été annoncé.

Le fait de proposer un accès direct à un catalogue semble une option bien plus souhaitée par les utilisateurs, comme le montre l’échec cinglant de Stadia, le service de Google, qui propose pour 9,90 € un abonnement où chaque titre doit ensuite être payé à l’unité.

La puissance d’Amazon au service du Cloud Gaming

Amazon ne fait clairement pas ici ses débuts dans le Cloud. La firme est depuis très longtemps à la pointe dans ce domaine, et possède les serveurs qui hébergent de très nombreux sites. Amazon Web Services est la plateforme de Cloud la plus large au monde, utilisée par des millions de personnes.
Ce savoir-faire et la qualité des infrastructures d’Amazon pourraient permettre à Luna de se démarquer des autres services de Cloud Gaming en proposant une expérience encore plus qualitative.

L’un des atouts majeurs de l’offre Luna pourrait aussi résider dans sa proximité avec Twitch. En effet, des fonctionnalités seront intégrées non seulement pour permettre de diffuser ses parties très simplement, mais également pour rejoindre facilement les parties d’autres streamers d’un simple clic.

Luna semble donc avoir de bonnes cartes en main pour devenir un acteur de tout premier ordre dans secteur du jeu en streaming. La tendance semble de plus en plus se tourner vers une nouvelle méthode de consommation du jeu vidéo, plus proche de celle que nous connaissons déjà depuis quelques années avec les films et les séries. Mais le nerf de cette guerre restera toujours les jeux, et Amazon devra encore convaincre d’autres studios (ou en racheter toujours plus) pour parvenir à proposer un catalogue plus attractif. Microsoft conserve l’avantage sur ce point, pour le moment.